Après The Tempest (Alpha 208), premier album shakespearien très remarqué (Diapason d’Or…), La Tempête présente « Azahar », fleur d’oranger en espagnol, qui met en miroir et entrelace la polyphonie de Machaut à la poésie des cantigas espagnoles et au siècle de Stravinsky et d’Ohana : « J’aime l’idée de désorienter l’auditeur dans les époques, dit Simon-Pierre Bestion, fondateur de la compagnie La Tempête. Stravinsky a écrit sa messe après la découverte de celle de Machaut ; quant à Ohana, ses Cantigas de Santa Maria font référence à celles d’Alphonse le Sage et aux chansons populaires… Il y a une liberté extraordinaire à prendre avec la fameuse Messe de Machaut, sa musique demande une façon de chanter assez pleine, droite – comme les polyphonies corses ou basques. J’ai choisi des chanteurs familiers de la musique ancienne, des voix puissantes, directes, avec peu de vibrato, qui pouvaient aussi chanter Stravinsky et Ohana. L’orchestre était disposé en consorts pour le répertoire ancien et en pupitres mélangés pour Ohana et Stravinsky. Le chœur était placé en cercle tout autour, en une seule rangée. J’aime partager cette expérience de sentir le son physiquement.

5 Diapason award Choc Classica award