Alors que Robin Ticciati entame sa dernière saison avec le Scottish Chamber Orchestra, Linn célèbre son passage mémorable à la tête de la phalange avec un enregistrement de quatre des chefs-d’œuvre pour orchestre les plus sublimes jamais écrits. La longue tradition d’enregistrement de ces œuvres révolutionnaires souligne la confiance que Ticciati place non seulement dans sa propre vision de ces symphonies, mais aussi dans son partenariat avec les musiciens du SCO, qui apprécient tout particulièrement l’écriture hautement virtuose de Brahms. Cet enregistrement constitue une suite logique à ceux consacrés aux symphonies de Mozart, Brahms ayant fait évoluer le classicisme formel jusqu’à l’ère romantique. Au début de la saison 2015-2016, quand le SCO a donné les quatre symphonies, Ticciati a exposé ainsi ses objectifs : « Le défi [...] est de trouver un son brahmsien avec l’orchestre, quelque chose d’incroyablement sombre, automnal et pourtant imprégné de contrepoint. » Dès 2017, ce son brahmsien était parachevé ; les interprétations de Ticciati sont à la fois musclées et énergiques, incroyablement détaillées et vivantes. Lamaîtrise du tempo, du phrasé et de l’équilibre forge des interprétations d’une transparence et d’une couleur extraordinaires. Cet enregistrement marque un tournant majeur dans la carrière de Ticciati.

« Un souci d’allègement et de transparence des textures préside à cette lecture... »
Radio Classique