La soprano allemande Juliane Banse a chanté les Lieder de Brahms, Schubert, Wolf, Ullmann, Strauss, Schumann, Loewe, et Berg, se faisant ainsi remarquer pour la qualité de ses interprétations mélodiques comme pour la chaleur de son timbre vocal. Avec Martin Helmchen, qui vient de rejoindre Alpha et est le partenaire régulier de Juliane Banse, ils ont choisi le second cycle de mélodies de Paul Hindemith, Das Marienleben, composé en 1923 et revu par le compositeur une vingtaine d’années plus tard, en 1948. Un cycle envoûtant, parfois inquiétant, dont les textes empruntés au grand poète de langue germanique Rainer Maria Rilke retracent l’histoire de la Vierge Marie. Quinze poèmes, quinze épisodes teintés de mysticisme et de lyrisme, qui n’ont su qu’inspirer au mieux le travail de composition de Hindemith, dont le style musical s’inspire aussi bien de la puissance des opéras wagnériens que de la subtilité des nuances de Debussy.