Comme tout portrait, ce CD possède différents niveaux de lecture : il représente un moment précis, mais pas seulement celui de l’artiste, plutôt un temps collectif ; il est intime, mais cette intimité nous révèle quelque chose sur la société dont est issue cette musique. La période concernée s’étend sur plusieurs années, de 2011 à 2015, durant lesquelles Cat Hope réalise les cinq œuvres réunies ici. Chacune d’elles habite ce que la compositrice elle-même décrit comme une « liaison entre instruments électroniques et acoustiques, notations animées, bruit et bourdonnement » ; et bien que toutes puissent être désignées comme de la musique de chambre, aucune pièce ne l’est dans le sens classique du terme – celui d’une musique composée exclusivement pour un ensemble instrumental acoustique. De fait, à chaque fois, les ressources soniques des instruments acoustiques se situent à l’intérieur d’un cadre musical incluant d’autres éléments : parfois, comme dans Cruel and Usual, l’électronique en temps réel prolonge le son des instruments ; parfois, les sons créés par les musiciens sont augmentés par – ou juxtaposés à – d’autres sources sonores, comme les parasites de radio AM dans Miss Fortune X. – Christopher Fox