Bien que plusieurs accords soient déjà apparus durant les premières années du XVIe siècle, la première partie du XVIIe siècle voit l’émergence d’un grand nombre d’accords. Ceux que présente Pierre Ballard dans ses Tablatures de Luth de Differents Autheurs sur les Accords Nouveaux (1631 et 1638) rencontrent le plus de succès. Trois de ces quatre « accords nouveaux » produisent une superbe résonance, mais présentent tous le désavantage d’être réservés à certaines tonalités, les modulations étant souvent accompagnées d’une détérioration nette de la qualité sonore. C’est sans aucun doute ce facteur qui a contribué au déclin de leur popularité et à l’accueil favorable du quatrième accord en ré mineur, moins sujet à ce problème, qui restera l’accord standard du luth jusqu’au déclin de l’instrument à la fin du XVIIIe siècle.
Les « accords nouveaux » gagnent la faveur générale et incitent les musiciens à produire certaines des œuvres les plus sublimes jamais créées pour le luth, dont quelques-unes sont présentées sur cet enregistrement par le luthiste anglais de grand renom Anthony Bailes.



Anthony Bailes ANTHONY BAILES étudie d'abord la guitare, ce qui lui permet de découvrir la musique de luth. Sa rencontre avec Diana Poulton le pousse à acheter un luth et à en entreprendre l'étude avec elle. En 1971 il obtient une bourse du Conseil des Arts de Grande-Bretagne pour poursuivre ses études avec Eugen Dombois à la Schola Cantorum Basiliensis en Suisse.
Depuis la fin de ses études, il s'est produit en Europe dans la plupart des festivals les plus importants. Plusieurs de ses enregistrements sont considérés comme des événements ; ses interprétations de la musique française et allemande du XVIIe siècle sont particulièrement appréciées et ont obtenu différents prix. Outre ses activités d'interprète et d'enseignant, Anthony Bailes a réalisé des éditions de partitions et publié des monographies sur le luth et sa musique.

4 étoiles Monde de la Musique award