La musique de la fin du 14e siècle qui forme le noyau de cet enregistrement provient des deux sources conservées les plus importantes que nous ayons de ce répertoire : les codex de Londres et de Faenza. Tandis qu’une bande de différents instruments a été fréquemment employée comme moyen d’interprétation dans les enregistrements de musique instrumentale tant monophonique que polyphonique de la fin du Moyen-Âge, le présent récital démontre que tout ce qu’il faut pour redonner vie à cette musique exquise n’est qu’un seul interprète convaincant. Corina Marti part « à la recherche des fleurs délicieuses » (J. di Bologna) cachées dans les deux univers distincts de la musique de la fin du Moyen-Âge, ceux des musiques monophonique et polyphonique. Ici, dans ce qui constitue ses débuts en solo, elle atteint à une remarquable variété en juxtaposant les sons de flûtes à bec (dont la flûte à bec double si souvent vue dans l’iconographie italienne du 14e siècle) et du clavisimbalum – une reconstruction de la plus ancienne forme du clavecin.

5 Diapason award