Dès les origines de l’improvisation libre dans les années 60, les adeptes ont soumis leurs instruments à une remise en question sans précédent, recherchant une forme d’impulsion instrumentale. C’est le cas du trio germano-suisse Kimmig–Studer–Zimmerlin : Harald Kimmig (violon),  Daniel Studer (contrebasse) et Alfred Zimmerlin (violoncelle). Sur cet enregistrement, l’impulsion instrumentale s’exprime de manière exubérante, ce que Studer préfère appeler une « improvisation sans outil compositionnel prédéterminé ». Le trio tire sur les cordes, les agrippe, les claque, grattant et frappant le corps des instruments pour s’en servir de caisse de résonance. Il ne s’agit pas là de simples « techniques avancées ». – Andy Hamilton