Dernière publication de solos pour instrument mélodique et basse continue de Telemann, compositeur pour le moins prolifique, les XII Solos à violon ou traversière (Hambourg, 1734) contiennent de la musique d’une grande profondeur expressive. Ces douze oeuvres résument l’approche par le compositeur de la sonate solo au cours des décennies précédentes, mais révèlent aussi son exploration permanente des possibilités qu’offre le genre. Elles ont pourtant été injustement éclipsées par plusieurs de ses autres collections de sonates.

Cet enregistrement par Lorenzo Cavasanti et les membres de Tripla Concordia offre une perspective nouvelle sur les XII Solos grâce au remplacement, pour quatre d’entre eux, du violon ou de la flûte traversière par la flûte à bec. Une telle flexibilité était caractéristique chez Telemann, qui proposait souvent une instrumentation alternative dans ses publications. Une sonate conservée dans un manuscrit de Bruxelles et l’un des célèbres Essercizii musici viennent compléter le programme. La portée de la musique est analysée dans le texte du livret par Steven Zohn, spécialiste de Telemann et auteur de Music for a Mixed Taste: Style, Genre, and Meaning in Telemann’s Instrumental Works (New York, Oxford University Press, 2008).