Avec la participation de : Maude Gratton

Les deux oeuvres présentes sur cet album ont ceci de particulier qu’elles se situent l’une à l’aube et l’autre au crépuscule de la carrière de Ludwig van Beethoven. En effet, si ce dernier a composé le Quintette pour vents et piano, op. 16, à seulement 26 ans –alors que le talentueux jeune homme excellait également comme pianiste à succès –, il n’achève son Quatuor à cordes, op. 130, qu’un an avant sa mort. Le quatuor Edding le propose ici dans sa version originale, avec la Grande Fugue, op. 133, en tant que finale. La comparaison directe de ces deux oeuvres sur un même disque apporte un éclairage intelligent sur l’immense chemin parcouru par le compositeur entre ces deux extrêmes. Deux ans après le succès de leur album consacré à Schubert, très chaleureusement accueilli par la presse et le public, le Quatuor Edding et Northernlight s’associent une nouvelle fois – avec bonheur ! – sur un même album pour apporter à ces deux oeuvres une lecture nouvelle de ces chefs-d’oeuvre du répertoire de la musique de chambre. Devenus incontournables dans l’interprétation des répertoires classique et romantique, les deux ensembles vous proposent une interprétation experte, toute en finesse et précision, des plus belles pages du compositeur allemand.