Le rôle central de Naples dans l’histoire de la musique vocale a jusqu’ici éclipsé une riche tradition de musique instrumentale ; ce n’est que récemment que la recherche musicologique a pu la mettre en lumière, démontrant que Naples joua un rôle tout aussi crucial dans le champ de la musique instrumentale, non moins important que d’autres centres plus souvent associés à ce répertoire, tels que Rome et Venise.

Cet enregistrement propose un voyage de découverte dans un patrimoine musical qui, même s’il est moins connu, n’en est pas moins de grande valeur. Ce projet conçu par Enrico Gatti se concentre sur l’écriture spécifique pour trois ou quatre violons (sans alto) et continuo, typique de l’École napolitaine. Et l’on découvre des bijoux (dont l’unique sonate pour violon seul de Giovanni Carlo Cailò, dans son premier enregistrement moderne) ! Ce programme permet de faire connaître à un large public de nombreux représentants de la musique instrumentale napolitaine, allant de la génération de Pietro Marchitelli (légèrement plus âgé que Corelli) et Giovanni Carlo Cailò à celle de Francesco Paolo Supriani, Angelo Ragazzi, Nicola Fiorenza et Leonardo Leo – contemporains de Bach, Tartini et Locatelli, qui pourtant révèlent un style complètement différent, à une époque où Naples était l’une des grandes capitales européennes. Les formes musicales vont de la sonate d’église de style strict au concerto de conception plus moderne, offrant ainsi une expérience d’écoute agréable et variée.