Toutes les nouvelles

Découvrez nos nouveautés : 13 Avril !

Publié le vendredi 13 avril 2018

ALPHA

Chimère

Sandrine Piau
Susan Manoff

Après quelques participations à des productions Alpha (notamment en tant que sublime Alcina dans le DVD du même nom, opéra dirigé par Christophe Rousset et mis en scène par Pierre Audi à la Monnaie), Sandrine Piau rejoint le label pour plusieurs enregistrements. Avec Chimère, elle nous invite à un voyage intime en terres infinies des rêves. « Chimère, quête illusoire, inassouvie, tombeau de nos illusions…». Elle et sa complice de toujours, la pianiste Susan Manoff, ont imaginé un programme mêlant le lied allemand avec Hugo Wolf, un Mignon de Schumann, une scène du Faust de Goethe par Carl Loewe, des mélodies de Debussy, les Banalités de Poulenc, des Songs de Barber et des découvertes de compositeurs plus rares comme Ivor Gurney ou les Dickinson Songs d’André Previn, célèbre chef d’orchestre américain dont on sait moins qu’il compose, notamment ce cycle magnifique pour Renée Fleming. Toute aussi à l’aise en français, en allemand et en anglais, Sandrine Piau est au sommet de son art. Fantoches, Clair de Lune, Solitary Hotel, Will there really be a morning?, embarquez pour le monde du rêve grâce à ce parcours poétique unique, « le pays des chimères est en ce monde le seul digne d’être habité » (Jean-Jacques Rousseau).


Dmitri Shostakovich
String Quartet No.3
Piano Quintet

Belcea Quartet
Piotr Anderszewski

Formé au Royal College of Music de Londres en 1994, le Belcea Quartet a déjà enregistré l’intégrale des quatuors à cordes de Beethoven, Brahms, Bartók & Britten. Pour ce disque signé chez Alpha, l’ensemble a choisi deux oeuvres de l’une des figures majeures de la musique de chambre du XXe siècle, Dmitri Chostakovitch. Le Quatuor n° 3, historique, fut d’abord censuré par le régime soviétique puis revu par Chostakovitch pour sa création, en 1946 ; le jeu raffiné du Belcea Quartet en fait entendre tous les reliefs. Quant au Quintette avec piano, oeuvre parmi les plus célèbres du compositeur, ayant hautement contribué à son succès à l’international comme auprès des autorités soviétiques, le quatuor l’interprète en compagnie du pianiste polonais Piotr Anderszewski, pour une rencontre musicale d’excellence.

Michel-Richard de Lalande
Majesté

Le Poème Harmonique
Vincent Dumestre

En 1683, Michel-Richard de Lalande entre comme sous-maître à la Chapelle Royale, après avoir été soutenu par Louis XIV lors d’un redoutable concours de recrutement. Âgé seulement de 25 ans, le jeune compositeur va rapidement s’affirmer comme le favori du roi et conquérir en presque quarante ans de carrière les emplois les plus convoités de la cour. Le monarque l’associe même à la construction de la nouvelle Chapelle Royale, attenante au Château de Versailles. Au fur et à mesure que les voûtes s’élèvent, Lalande compose et arrange ses motets, qui expriment la grandeur alors sans égale du royaume, en même temps qu’ils témoignent de l’acoustique incomparable du lieu. Psaumes, hymnes, Te Deum, ses oeuvres enregistrent dans la liturgie l’atmosphère de la cour, au rythme des troubles et des réjouissances. Après avoir enregistré à la Chapelle Royale les Te Deum de Lully et de Charpentier, Vincent Dumestre et Le Poème Harmonique sont de retour à Versailles et abordent les musiques composées par Lalande pour ce lieu extraordinaire. Aux grands motets Deitatis majestatem et Ecce nunc benedicite, synthèses de la pompe royale et du langage de l’opéra, se joignent le bouleversant Miserere et le Te Deum le plus grandiose joué sous Louis XIV, celui du roi lui-même.


FUGA LIBERA

YSAŸE, FAURÉ 
SAINT-SAËNS

Saténik Khourdoïan
Alexander Gurning

Saténik Khourdoïan, Konzertmeister de l’Orchestre symphonique de la Monnaie et violoniste passionnée et passionnante, s’adjoint pour son premier enregistrement le talent du pianiste Alexander Gurning, déjà récompensé à de nombreuses reprises pour ses qualités de chambriste. Si Fauré et Saint-Saëns avaient trouvé en Ysaÿe un interprète de génie doublé d’un allié d’exception pour la diffusion de leur musique, ce dernier fut aussi l’ami des deux premiers et compositeur lui-même. Ils partagèrent la scène, notamment à Paris, lors des concerts de la Société nationale, et à Bruxelles, dans les salons des XX ou de la Libre Esthétique.


HAT HUT

Anthony Braxton
(Willisau) 1991 Studio

Anthony Braxton Quartet

Les compositions du quartette de Braxton étaient « conçues pour répondre au défi de demain »… C’est-à-dire que le défi ne consiste pas simplement à répéter la tradition, mais à l’étendre. Et si, comme le disait Ornette, demain est la question (« Tomorrow is the Question »), alors je suis certain que ces CD apporteront une partie des réponses.

- Graham Lock

Symbol Systems

Matthew Shipp

Symbol Systems occupe une place particulière dans la discographie de Matthew Shipp. Sorti à l’origine en 1995 sur le label No More Records, ce qui fut à l’époque son sixième disque en tant que leader ou co-leader est, avant tout, son premier album solo, nous offrant ainsi l’aperçu jusqu’alors le plus pur de ses concepts multiformes, mêlant intimement l’improvisation à la composition.

Art Lange (Translated by Benjamin Mouliets)

At Gamut

Silvan Schmid Quintet

Ma longue expérience de trompettiste ne m’empêche pas de m’intéresser à la musique de plus jeunes confrères. C’est par pure coïncidence qu’à l’été 2016, j’ai rencontré Silvan Schmid ; je l’ai vu sur scène et son jeu très spécial m’a à la fois impressionné et ému. J’étais ravi d’entendre un musicien jouer de la trompette « différemment ». Silvan n’a pas un son « académique ». Ses débuts sont déjà marqués par un dialecte musical propre… Sa magnifique sonorité, son articulation et son phrasé sensibles accrochent l’oreille. Sa technique est brillante, sans « fioritures ». Il s’intègre à toute situation sans rien sacrifier de ses atouts personnels. Il trouve idéalement, et sans surprise, une grande satisfaction au sein de ses projets GAMUT : un groupe fascinant de jeunes musiciens étonnants, qui créent une ambiance où improvisation et composition se fondent en une forme de résolution.

Hans Kennel, trumpet player, 2017 (Translated by Benjamin Mouliets)

ALPHA CLASSICS nommé label of the year par l’ICMA

Publié le lundi 9 avril 2018

2018 a bien commencé pour ALPHA CLASSICS puisqu’après avoir reçu deux GRAMMY AWARDS pour ses artistes (Barbara Hannigan et Patricia Kopatchinskaja), ALPHA a été nommé LABEL DE L’ANNÉE par l’ICMA (International Classical Music Awards) qui regroupe 17 médias de musique classique (presse, radio, télévision) du monde entier. De plus, l’ALBUM DE L’ANNÉE a été attribué à « Visions », déjà gagnant de la catégorie vocale, par la soprano Véronique Gens, avec le Münchner Rundfunkorchester dirigé par Hervé Niquet, un programme conçu en collaboration avec le Palazetto Bru Zane.

La cérémonie a eu lieu ce vendredi 6 avril dans la magnifique salle de concert de Katowice en Pologne, en présence du Belcea Quartet et de Charles Adriaenssen, président d’Outhere Music.

Belcea Quartet © Bartek Barczyk

Charles Adriaenssen © Bartek Barczyk

Depuis l’arrivée de Didier Martin fin 2014 à la tête du label, ALPHA a signé de nombreux artistes dont Barbara Hannigan, Véronique Gens, Sandrine Piau, Anna Prohaska, Kate Lindsey, Martin Helmchen, Patricia Kopatchinskaja, Anna Vinnitskaya, Justin Taylor, le Quatuor Van Kuijk, Reinoud Van Mechelen, Hervé Niquet, Krzysztof Urbański, Jérémie Rhorer, Simon-Pierre Bestion, Thomas Dunford etc… Tout en développant les artistes qui ont fait l’histoire du label : Vincent Dumestre, François Lazarevitch, Jos Van Immerseel, Nelson Goerner, Belcea Quartet et bien d’autres.

Alpha s’est ouvert à des répertoires très divers et est en train de constituer une famille d’artistes de dimension internationale, mue par la même envie de liberté et d’excellence… Sans oublier les nouveaux talents qui sont une priorité du label.

Les mois à venir vont encore être riches en nouveautés. On peut d’ores et déjà dévoiler quelques albums à paraître d’ici fin 2018 :

- Shostakovich par Belcea Quartet et le pianiste Piotr Anderszewski
- Sandrine Piau et Susan Manoff dans « Chimère »
- Tobias Feldmann dans les concertos pour violon de Rautavaara et de Sibelius
- Buxtehude par Vox Luminis (Lionel Meunier) & Ensemble Masques (Olivier Fortin)
- Le nouvel album de Barbara Hannigan en septembre « Vienna, fin de siècle »
- Vincent Dumestre dans Lalande, puis dans un DVD, « Caligula »
- Lorenzo Gatto et Julien Libeer poursuivent leur cycle Beethoven
- Le ténor Julien Behr pour son premier récital d’opéra
- Le Quatuor Voce dans « Itinéraire » avec entre autres Vincent Segal
- Julian Prégardien, nouvelle signature, dans les Winterreise de Schubert/Zender.
- bien sûr, l’intégrale Haydn 2032 qui se poursuit avec Giovanni Antonini
- Le Quatuor Van Kuijk et la Jeune Fille et la Mort de Schubert
- Leonardo García Alarcón et Cappella Mediterannea pour un hommage à Joan Manuel Serrat
- François Lazarevitch et le contre-ténor Tim Mead dans un programme Purcell

… Et quelques autres pépites à découvrir dans les mois à venir.

ALPHA est un label du groupe OUTHERE MUSIC, fondé en 2004 par Charles Adriaenssen. Il comprend également les labels LINN RECORDS, RICERCAR, PHI, ARCANA, AEON, FUGA LIBERA et, depuis 2016, OUTHERE a créé sa propre structure de distribution en France et au Benelux (plus de 100 labels distribués) et est associé à des partenaires indépendants tels que Naxos aux USA, RSK au Royaume-Uni, Note 1 en Allemagne... assurant ainsi une diffusion de ses productions dans 34 pays du monde. Outhere jouit d'une présence digitale parmi les plateformes de téléchargement de streaming les plus importantes. Son équipe digitale vient récemment de lancer ALPHA PLAY, application qui facilite la découverte de la musique classique à partir du catalogue d'OUTHERE et de ses labels partenaires.

Les cloches sont déjà là !

Publié le vendredi 30 mars 2018

Outhere music célèbre pâques à vos côtés !

Comme une lumière ardente éclairant les ténèbres, la Passion du Christ a animé la plume des compositeurs de toutes les époques. Singulier mélange de souffrance et de paix, cette musique s'incarne tout aussi bien en des pages tendres qu'en d'infinis tourments.

En cette période pascale, nous vous proposons une sélection à prix réduit d'albums autour du thème de la Passion.

-25% du 30 mars au 4 avril

Découvrez nos playlists spécialement créées pour l'occasion !

Découvrez nos nouveautés : 23 Mars 2018 !

Publié le vendredi 23 mars 2018

LINN RECORDS

Johannes Brahms
The Symphonies


Robin Ticciati
Scottish Chamber Orchestra
 

Alors que Robin Ticciati entame sa dernière saison avec le Scottish Chamber Orchestra, Linn célèbre son passage mémorable à la tête de la phalange avec un enregistrement de quatre des chefs-d’œuvre pour orchestre les plus sublimes jamais écrits. La longue tradition d’enregistrement de ces œuvres révolutionnaires souligne la confiance que Ticciati place non seulement dans sa propre vision de ces symphonies, mais aussi dans son partenariat avec les musiciens du SCO, qui apprécient tout particulièrement l’écriture hautement virtuose de Brahms. Cet enregistrement constitue une suite logique à ceux consacrés aux symphonies de Mozart, Brahms ayant fait évoluer le classicisme formel jusqu’à l’ère romantique. Au début de la saison 2015-2016, quand le SCO a donné les quatre symphonies, Ticciati a exposé ainsi ses objectifs : « Le défi [...] est de trouver un son brahmsien avec l’orchestre, quelque chose d’incroyablement sombre, automnal et pourtant imprégné de contrepoint. » Dès 2017, ce son brahmsien était parachevé ; les interprétations de Ticciati sont à la fois musclées et énergiques, incroyablement détaillées et vivantes. Lamaîtrise du tempo, du phrasé et de l’équilibre forge des interprétations d’une transparence et d’une couleur extraordinaires. Cet enregistrement marque un tournant majeur dans la carrière de Ticciati.

 


Gabrieli for Brass
 Venetian Extravaganza


Reinhold Friedrich
Royal Academy of Music
Juilliard School Brass
 

Cette fascinante collaboration trans-atlantique entre les joueurs de cuivres de la Royal Academy of Music de Londres et ceux de la Juilliard School de New York nous offre à entendre des chefs-d’œuvre intemporels de Giovanni Gabrieli et de ses contemporains vénitiens. Sous la direction de Reinhold Friedrich, célèbre trompettiste soliste et trompettiste principal du Lucerne Festival Orchestra, les musiciens mêlent les instruments et l’intellect modernes à la technique et à l’accord du XVIesiècle pour mettre toutes les chances de leur côté dans ce répertoire profondément exigeant. La magnifique acoustique de Saint-Jude à Hampstead constitue un glorieux écrin sonore ; les ondes dorées des trombones riches et chauds alternent avec l’articulation brillante et cristalline des trompettes. Jonathan Freeman-Attwood, le directeur de l’académie, qui a produit l’enregistrement, explique : « Nous espérons que cela montrera de Gabrieli l’image du compositeur d’une musique très intimiste autant que d’une polyphonie vénitienne extraordinairement grandiloquente. » Ce remarquable enregistrement présente certaines des œuvres instrumentales les plus fascinantes et séduisantes de la fin de la Renaissance, dans des interprétations dignes de l’héritage extraordinaire de Gabrieli et de la réputation de ces deux institutions remarquables.
 

ALPHA

Edward Elgar
Cello Concerto
Piano Quintet


Marie-Elisabeth Hecker
Antwerp Symphony Orchestra
Edo de Waart
 

Après avoir dédié plusieurs disques à la musique de chambre de Brahms et Schubert, la violoncelliste Marie-Elisabeth Hecker enregistre un grand concerto avec orchestre, démontrant ainsi toute la force de son talent. Composé entre 1918 et 1919, le Concerto Op. 85 d’Edward Elgar reçut un accueil mitigé lors de sa création, mais s’est depuis inscrit parmi les incontournables du répertoire pour violoncelle. En complément, Marie-Elisabeth Hecker retrouve ses partenaires de musique de chambre, les violonistes Carolin Widmann & David McCarroll, l’altiste Pauline Sachse et le pianiste Martin Helmchen, pour le Quintette avec piano d’Elgar, oeuvre qu’il composa en même temps que son Concerto Op. 85 et qui fut créée à Londres, en 1919.
 


Johannes Brahms
Concerto No. 2


Nelson Goerner
NHK Symphony Orchestra
Tadaaki Otaka
 

Enregistré en live le 20 mai 2009 à Tokyo avec l’Orchestre symphonique de la NHK, dirigé par Tadaaki Otaka, ce concert laisse entendre toute la poésie déployée par le pianiste Nelson Goerner, poésie devenue la marque de fabrique du pianiste au fil de ses enregistrements consacrés à Chopin ou Debussy. Son interprétation fait également preuve d’une virtuosité sans faille, d’une précision et d’une force qui le font s’inscrire parmi les plus grands pianistes de notre temps. Cet enregistrement tient tout particulièrement à coeur à Nelson Goerner, car le Concerto pour piano et orchestre n° 2 de Brahms est pour lui un immense chef-d’oeuvre. Créée en 1881, à Budapest, avec Brahms lui-même au piano, l’oeuvre remporta un succès immédiat auprès de la critique comme du public.
 


ARCANA

Suite Case
Violin Duos from Vivaldi to Sollima


Chiara Zanisi
Stefano Barneschi
 

Trop peu joué, trop peu enregistré et largement sous-estimé, le répertoire pour deux violons seuls a vu sa popularité augmenter dans les premières décennies du XVIIIe siècle. Mais peu de mélomanes savent qu’Antonio Vivaldi fut parmi les premiers à s’intéresser au genre, avec un ensemble peu connu de quatre sonates qu’il aurait composées, selon une hypothèse enthousiasmante, pour les jouer avec son père lors de sa tournée en Europe centrale (1729-1730). Le premier violon d’Il Giardino Armonico, Stefano Barneschi, et Chiara Zanisi, déjà présente dans le catalogue d’Arcana (Sonates de Bach pour violon et clavecin avec Giulia Nuti), nous emmènent en voyage à travers cette littérature relativement restreinte, de Vivaldi à Berio en passant par Leclair, Telemann et Tessarini notamment. Le programme est complété par une pièce du brillant violoncelliste et compositeur italien Giovanni Sollima, écrite spécialement pour ce projet. Son dernier mouvement, « Alleluja », est un hommage à la fois au finale de l’Exsultate, jubilate de Mozart et à l’église de Sant’Antonio Abate (Milan), où la pièce de jeunesse de Mozart fut créée et où ce programme a été enregistré.
 


La soprano Sandrine Piau rejoint Alpha pour de nombreux projets d’enregistrements

Publié le lundi 19 mars 2018

La soprano Sandrine Piau est à la tête d’une impressionnante discographie qui a connu un grand succès, tant critique que commercial dans de nombreux pays. Elle rejoint aujourd’hui le label ALPHA CLASSICS pour plusieurs projets d’enregistrements, qui vont couvrir de nombreux répertoires, du baroque au 20ème siècle…

Pour son premier album solo chez Alpha, elle retrouve sa complice de toujours, la pianiste Susan Manoff, avec laquelle elle aime concevoir des voyages musicaux à travers les pays, les âges et les thèmes poétiques. Cette fois, elles ont imaginé un programme autour du thème de la Chimère, «quête  illusoire, inassouvie, tombeau de nos illusions…». Ce parcours mêle le lied allemand (Carl Loewe, Robert Schumann, Hugo Wolf), des mélodies de Debussy, les Banalités de Poulenc, des songs de Samuel Barber et des découvertes de compositeurs plus rares comme l’anglais Ivor Gurney, né en 1890, ou les Dickinson Songs du pianiste, chef d’orchestre et compositeur André Previn…

Sandrine Piau poursuivra son chemin avec Alpha en retrouvant un autre complice de toujours, Christophe Rousset. Ensemble et bien sûr avec les Talens Lyriques ils gravent cet été un Stabat Mater de Pergolese (De rares pièces de Leo et de Porpora complètent le programme) avec le contre-ténor Christopher Lowrey, (qu’on a pu entendre dans  les 7 Péchés Capitaux de Monteverdi par Leonardo Garcia Alarcon (Alpha 249))…

Entre-temps, Sandrine Piau fait une tournée avec le Concert de la Loge et Julien Chauvin autour d’un programme de mélodies avec orchestre, « Plaisirs d’Amour » - Debussy, Duparc, Dubois, Vierne, Massenet, Saint-Saëns - conçu par le Palazetto Bru Zane et enregistré à l’Arsenal de Metz.

Sandrine participera également à l’intégrale HAYDN 2032, dirigée par Giovanni Antonini : elle y chantera la cantate Berenice.

 

On retrouve déjà Sandrine Piau dans le coffret DVD (Alpha 715) consacré à Alcina et Tamerlano  de Haendel, filmé à la Monnaie de Bruxelles, dirigé par Christophe Rousset et mis en scène par Pierre Audi, dans lequel elle est une prodigieuse Alcina, unanimement encensée.

 

Outhere Music : Quatre prix aux Klara Awards 2018

Publié le jeudi 15 mars 2018

En présence de Sven Gatz, Ministre flamand de la Culture, des médias, de la Jeunesse et de Bruxelles, plusieurs prix ont été décernés hier soir, à Flagey, aux artistes d'Outhere Music, à l'occasion des Klara Classical Music Awards, dans les catégories suivantes :

Jeune talent de l'année : Bram De Looze, pianiste jazz

Ensemble de l'année : Lionel Meunier pour Vox Luminis

Meilleur cd international - Classique : Barbara Hannigan pour le CD ALPHA 293 : Crazy Girl Crazy /  Ludwig Orchestra

Prix pour l'ensemble de sa carrière : Jos Van Immerseel

Pour cette 8ème édition, Klara a décidé de collaborer avec le Klara Festival et de demander aux directeurs artistiques du Concertgebouw Brugge, de deSingel, de la Monnaie et de Bozar de faire partie du jury. Ils ont sélectionné les plus grandes personnalités musicales de l'année 2017 dans le domaine de la Musique Classique, du Jazz et de la Musique du Monde. 

BARBARA HANNIGAN

Ayant récemment décroché un Grammy Award dans la catégorie Best Classical Solo Vocal Album pour son album "Crazy Girl Crazy", la soprano et chef d'orchestre canadienne Barbara Hannigan, remporte pour ce même album, le Klara Award du meilleur CD international de l'année 2017.

Pour notre plus grande joie, Barbara Hannigan dirigera "The Rake's Progress" à la Monnaie le 25 et 26 mars 2019, pendant le Klara Festival.

EXTRAITS


BRAM DE LOOZE

Intelligent, virtuose, perfectionniste et Jeune Talent de 2017, pianiste de jazz et compositeur, Bram De Looze, s'installe à New York à l'âge de 21 ans pour étudier avec des musiciens tels qu'Uri Caine, Marc Copland et Reggie Workman. Cinq ans plus tard, il réussit à mettre deux ensembles sur la carte : LABtrio (2007) avec Lander Geyselinck et Anneleen Boehme et le septuor jazz 'Septych' (2014).


LIONEL MEUNIER / VOX LUMINIS

Artiste en résidence à Bruges pendant 5 ans et depuis cette année à Bozar, ce jeune ensemble qui présente plus de 70 concerts par an a remporté le Prix de l'Ensemble.


JOS VAN IMMERSEEL

Chef d'orchestre d'Anima Eterna Brugge, claveciniste, pianiste et chercheur chevronné, Jos Van Immerseel reçoit le prestigieux Klara AWARD pour son impressionnante carrière.
Vous pouvez le retrouver en concert le 18 avril 2018, aux Brigittines, à 20h, en compagnie de Thomas E. Bauer, Yeree Suh et Claire Chevalier (programmation Bozar).

Bram De Looze et son agent   //   Lionel Meunier et Charles Adriaenssen

«Outhere Music travaille activement depuis de nombreuses années, c'est pourquoi nous sommes très heureux d'avoir la reconnaissance que nos artistes méritent, chez nous, à la maison», a déclaré Charles Adriaenssen, président d'Outhere Music.

DÉCOUVREZ NOS NOUVEAUTÉS : MARS !

Publié le lundi 12 mars 2018

ARCANA

Giovanni Battista Pergolesi
Messa in Re Maggiore
Mottetto “Dignas laudes resonemus”


Marlis Petersen, Marta Fumagalli
Coro e Orchestra Ghislieri
Giulio Prandi
 

Cet enregistrement jette une lumière nouvelle sur Pergolesi en s’attardant sur un aspect peu connu du grand compositeur italien, avec deux chefs-d’œuvre qui connaissent ici leur première édition moderne et leur premier enregistrement : la Messe en ré majeur et le mottettone Dignas laudes. Ces deux éditions sont le résultat de recherches musicologiques menées récemment par le Centro Studi Pergolesi de Milan et illustrent une facette de Pergolesi – son caractère énergique et solennel – qui complète, voire même intensifie l’atmosphère dramatique et introspective de la plupart de ses œuvres sacrées les plus célèbres.Cette parution Arcana inaugure une collaboration avec le Ghislieri Choir & Consort et célèbre le quinzième anniversaire de l’ensemble. Spécialisé dans le répertoire sacré du XVIIIe siècle, celui-ci a déjà enregistré des œuvres de Galuppi, Jommelli, Perez (Il Mattutino de’ Morti) et Haendel (Handel in Rome 1707) pour Sony-DHM. L’équipe des solistes, dirigée par Giulio Prandi, est composée de la soprano Marlis Petersen, l’une des figures majeures de la scène internationale, et d’un quintette de jeunes chanteurs italiens qui se produisent déjà dans les salles les plus importantes et prestigieuses d’Europe.


La Spagnoletta.
Selva di variazioni & diverse composizioni per il cimbalo


Cécile Mansuy
 

Après un premier CD applaudi par la critique (œuvres pour orgue et clavecin du jeune J.S. Bach chez TYX Art), Cécile Mansuy présente ici une des danses les plus en vogue aux XVIe et XVIIe, la Spagnoletta, alternant partite et variazioni sur le thème, danses telles que passacaille ou gaillarde et pièces d’inspiration libre. Pour ce programme raffiné et virtuose, Cécile Mansuy a choisi un clavecin à doubles feintes et octave courte de M. Griewiesch, accordé en temperament mésotonique, répondant ainsi à l’exigence stylistique de ces danses et variations italiennes, anglaises et d’Allemagne du Sud et permettant à l’auditeur de savourer la beauté d’un son rare et surprenant. Lauréate de concours internationaux, Cécile Mansuy s’est spécialisée en musique ancienne auprès de J.W. Jansen, à la Schola Cantorum et avec A. Fedi et se produit notamment sur instruments historiques dans toute l’Europe. Son Ensemble « Le je-ne-Scay-quoy » a pour prédilection la musique pour clavecin obligé.


ALPHA


Ludwig van BEETHOVEN
Symphonies & Ouvertures


Anima Eterna Brugge
Jos van Immerseel
 

Voici un superbe coffret réunissant les plus célèbres symphonies de notre patrimoine musical, brillamment jouées sur instruments d’époque. Jos van Immerseel et son très talentueux orchestre basé en Flandre, Anima Eterna, jouent au diapason moderne (la=440 Hz), comme ils ont établi qu’on faisait dans la Vienne de Beethoven. Étant donné que le compositeur devait s’accommoder d’assemblages bigarrés d’amateurs et de professionnels et n’entendait plus rien à partir de 1817 environ, ces versions sont meilleures que tout ce qu’il a pu connaître. Les interprétations de Van Immerseel sont passionnantes, mais toujours d’une grande musicalité. (The Observer Daily Mail)

 


Johann Sebastian BACH
Bach Inspiration


Juliette Hurel
Louis-Noël Bestion de Camboulas
Les Surprises
 

Après un enregistrement Mozart avec le Quatuor Voce, Juliette Hurel a conçu un programme autour de Bach, avec deux oeuvres incontournables du répertoire pour flûte : la fameuse Badinerie de la Suite pour orchestre n° 2 et la Partita pour flûte seule, la seule écrite originellement pour cet instrument. Elle a voulu ensuite rassembler les célèbres arias avec grande partie de flûte principale, très rarement jouées séparément des oeuvres desquelles elles sont tirées : Oratorio de Pâques (« Seele, deine Spezereien»), Passion selon saint Matthieu (« Aus Liebe will mein Heiland sterben »), Cantate du café (« Ei wie schmeckt…»), Cantate « Ich habe genug ». Pour cet enregistrement, elle joue sur une flûte moderne en bois et a tenu à faire appel à un ensemble baroque sur instruments d’époque ainsi qu’à une soprano qui connaît bien ces musiques, Maïlys de Villoutreys, étoile montante du chant français. La magnifique Sonate en trio BWV 1038 complète cet enregistrement à l’esprit chambriste.



Claude DEBUSSY
L'isle joyeuse
Images LIVre I 
Etudes livre II
Estampes


Nelson Goerner
 

“Evidemment, de l'interprète de ces pages - de toutes les pages de ce disque - on attendra maîtrise et sensibilité. Mais il faut davantage encore : des dons de coloriste ; une imagination des décors ; une vision des plans, de l'espace. Et aussi, pour ces pages héritières et résumé d'une si glorieuse tradition, une connaissance large, une culture du répertoire du piano. L'interprète des Etudes se situe à l'arrivée d'un parcours, celui du clavier ‘en blanc et noir’. Il doit tout connaître, et presque tout jouer. Nelson Goerner est cet interprète-là.” (Dominique Jameux).

 

RICERCAR


IN SECULUM VIELLATORIS
THE MEDIEVAL VIELLE


Baptiste Romain
Le Miroir de Musique
 

Baptiste Romain, chef de l’ensemble Le Miroir de Musique, vient d’être désigné professeur à la Schola Cantorum Basiliensis. Pour fêter cette nomination, il enrichit la collection « Instruments » de Ricercar avec un récital consacré à la vielle à archet médiévale : danses et chansons de troubadours ainsi que compositions polyphoniques du XIIIe au XVe siècle illustrent les diverses étapes de l’évolution de cet instrument, ancêtre du violon.

 

RAMÉE


Johann Franz Xaver Sterkel
Sonatas for Fortepiano and Violin


Els Biesemans, Meret Lüthi
 

Célèbre contemporain de Haydn, de Mozart et de Beethoven et précurseur de Schubert dans le domaine du lied, Johann Franz Xaver Sterkel (1750-1817) est aujourd’hui presque inconnu du grand public. Vu le grand succès de ses symphonies au Concert spirituel, il était probablement le compositeur le plus joué à Paris entre 1777 et 1779. Pianiste et compositeur célèbre et très influent, il travailla durant la majeure partie de sa vie à la cour de Mayence, où sa réputation attirait de jeunes talents montants tels que Beethoven et Weber, et composa plus de 700 oeuvres, dont 400 lieder et chansons en italien. Els Biesemans et Meret Lüthi présentent en première mondiale certaines de ses sonates pour pianoforte et violon, confondantes de charme, d’inventivité et de finesse.